Rechercher dans ce blog et pages liées

2017/11/19

Wainberg et sa souris verte



Wainberg et sa souris verte

Par Charles-Edouard!

Le témoignage de Colibri tombe à pic:


Le principe de récursivité fait qu'on ne peut penser la rémission, fût-elle partielle, que comme prolongement du 1/7. Et la puissance de DTG y est favorable! Merci de ce témoignage!!!

Hors historique de RAL ou EVG, aucune résistance sous DTG


La base de données française dispose de très peu de résistance à DTG, et, les seules résistances connues sont celles qui apparurent lors de l'essai Viking ou similaires (chez des patients en échec multiples, y compris à RAL/EVG) et lors de l'essai Katlama (EACS 2015, qui mis en évidence le Talon d'Achille).

AUCUNE mutation de résistance HORS exposition ou échec antérieur à RAL ou EVG. ZéRo, ZéRo, ZéRo. Dixit A.G. Marcelin (Webcast O332, Glasgow 2016, et PS3/1, 16th EAC, 2017):

En France, on n'a jamais mis en évidence la moindre mutation de résistance au DTG. Sauf, chez les patients pré-exposés à RAL ou EVG. On se méfiera de RAL ou EVG qui peuvent conduire à une réduction des options thérapeutiques (DTG ou Bictegravir).
Clamer que Mono-DTG ne marche pas, sans circonstancier selon le Talon d'Achille, est une imbécilité d'ordre 1. Plus con que cela, on ne sait pas faire: le Dr M. BUZZI (abstr. PS1/2) roule tout le monde dans la farine, jette le bébé avec l'eau du bain, en faisant une 'meta-analyse' crétine qui mélange patients à Talon d'Achille (risque élevé) et patients indemnes, ce qui bien sûr, fausse le tout. Et je vous passe tous les crétins qui s'en font l'écho!

Mono-DTG chez la souris humanisée


Wainberg souris mouse hiv dtg dolutegravir monotherapy
Mark Wainberg était l'ardent ambassadeur d'un DTG miraculeux, peu propice à la résistance. Sa prédiction, déjà ancienne, antérieure aux essais, était, pour faire simple, que Mono-DTG marcherait bien sur les patients naïfs, plutôt bien chez le patient préexposé, et pas trop chez les patients en échec (en particulier échec à RAL ou EVG).

Pour valider cette prédiction, il faudrait encore que des cliniciens veuillent bien se lancer.

Les cliniciens stipendiés par les Labos n'y comptez pas! Le choix est alors très limité... Il n'y avait pas foule... Donc notre bon Wainberg entreprend de convaincre la clinique qu'il serait intéressant de faire la Mono-DTG sur patients naïfs et va monter une manip sur modèle animal, la souris humanisée. C'est moins bien que le primate et aussi moins onéreux.

La souris verte: une fable préscientifique


Comptine, étrange, très connue, datant d'une époque pré-Darwinienne. Lire sur Wikipédia ou la vidéo

Une souris verte
Qui courait dans l'herbe
Je l'attrape par la queue,
Je la montre à ces messieurs
Ces messieurs me disent :
Trempez-la dans l'huile,
Trempez-la dans l'eau,
Ça fera un escargot, tout chaud.

Conclusion un peu rapide


Si on se limite à la conclusion, ici, on lit: Nous montrons que le Dolutégravir en monothérapie ne suffit pas à maintenir la suppression du VIH et que les mutations de résistance diffèrent de celles rapportées dans les expériences de culture sur tissus.

Noir tableau, nous voici au désespoir!
A y regarder de plus près (ce que personne ne fait jamais...) parmi les 5 souris traitées en Mono-DTG une seule échoue. Examinons-la:

Wainberg souris mouse hiv dtg dolutegravir monotherapy
Les 5 souris ont des CV initiales très élevées (> 100.000): ce sont de petits animaux. L'efficacité de mono-DTG, dépend de la dose ET de la charge virale initiale. Or, la dose, pour la souris est calculée selon une formule heuristique. En général on divise par 12, ici on a divisé par 70... On peut donc craindre que la dose donnée soit, toutes choses égales par ailleurs, un peu basse. En fait, les doses sériques sont semblables à ce que l'on trouve chez l'homme. On observe que la dose sérique de la souris en échec est 50% plus faible que les autres...

La souris qui fait capoter nos rêves de Mono-DTG a deux caractéristiques adverses et combinées: CV élevée et dose de DTG basse.

Heureusement, Lanzafame sauve la mise


Amalgamer des patients à risque élevé et d'autres est une médiocre médecine.

A l'inverse du Dr Buzzi qui a, sans complexes, amalgamé des patients à risque (Talon d'Achille) avec des patients sans risque, le Dr Lanzafame se place dans le cadran favorable: CV modérée (< 100.000) et dose standard

Wainberg
validé
Prévision WainbergRésultat Clinique Essai Clinique Qualité
prévision
patients en échecs couci-couça couci-couça Viking  
Maintenance 1assez bon assez bon BMM+P  
Maintenance 2bon bon BMM+P (hors TA)  
patients naïfs Bon Bon Lanzafame  

Comme tout à chacun, il comprend la prédiction de Wainberg, et se lance dans la Mono-DTG en commençant par les patients les plus favorables: ceux à faible CV. Le Dr Pedro Cahn avait fait de même avec ses patients à CV < 20.000 sous DTG/3TC.

Dans l'actualité


- La FDA autorise un mouchard d'observance. L'obligation de traitement se rapproche!

- Extension abusive d'indication: A 130 vous êtes en hypertension! Crétins, ces américains!

- Proposition innovante de N. Chomont: s'attaquer au réservoir dès la primo infection. Tout cela alors que nous disposons d'une méthode plus simple et efficace: le Cyclage (on y reviendra...)

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire