Rechercher dans ce blog et pages liées

2018/02/18

Darwin, noyade et reset



Darwin, noyade et reset

Par Charles-Edouard!

Anniversaire de Darwin: Il ne lui manquait que la mutation...

Les afficionados suivront PZ Myers sur YouTube, et l'excellente série du Muséum.

Darwin, c'est l'origine commune: vos virus mutants sont les descendants de votre virus 'historique'. On va le faire revivre: c'est Jurassic Park version Leibowitch!


Qu'est ce que la noyade


C'est décrit par Leibowitch:
Dans un environnement qui ne lui est plus défavorable, le virus sauvage, reprend le dessus. Enfin... Votre virus le moins muté, c'est à dire votre virus initial. Ces 'enfants', mutants, ont une fitness plus faible, ils vont disparaitre. Vos mutations initiales (celles de votre génotype initial) ne disparaitront pas pour autant. C'est le virus 'historique' qui reprend place, au prix d'une vacance thérapeutique de 6 mois minimum (ça ne se fait pas en 5 minutes...).

Noyade: le RESET et la controverse


Leibowitch, ayant démontré, sur plus d'une quinzaine de patients, qu'on peut ainsi effacer les erreurs passées, met en défaut les tartineurs à tout crin. Le Pr Katlama s'y est essayée, de la manière la plus propice à l’échec (2 mois de noyade seulement), enterrant de son poids usurpé, toute tentative de développement. La boite à outils ainsi amputée, toute recherche sérieuse de la posologie optimale, mission de phase 4 incombant à la clinique, en est gênée: ne vous étonnez pas ensuite de l'erreur monumentale qui met des millions de patients dans la souffrance physique et psychique, et d'autres dans la pénurie ou l’absence de traitement.

Noyade et réservoir


La conception dominante est que le réservoir est une pile à accumulation: les nouveaux mutants s'y inscrivent, de façon irréductible, et ressortent inéluctablement: cela fait du réservoir une masse inertielle, immuable quand il s'agit de la détruire, et accumulant tous les vilains garçons, qui plus est... Il n'est modifiable que dans le sens qui vous est adverse.

Si, à l'inverse, on donne crédit à la noyade, alors, on bénéficie de ce réservoir tant honni (car il a archivé le virus historique, le moins défavorable), et sa purge (qualitative, pas quantitative) est la preuve qu'on peut le manipuler qualitativement (la manipulation quantitative, le shock and kill, étant, pour l'instant, un échec)

Noyade: outil d'exploration


La noyade est un élément indispensable de la boite à outils de l'exploration. Il faut la comprendre, l’accepter, l'assumer. C'est d'autant plus facile qu'on est entré tôt dans le traitement. Celui-ci a permafrosté votre situation. Vous reviendrez assez vite à la situation antérieure, et si cette situation était favorable (ex. CD4 initiaux hauts) alors vous disposez, sur le papier, du temps nécessaire. Si, à l'inverse vous avez été traité 'tard'...

Mono-DTG: pas la bombe qu'on espérait... Tant pis!


J'ai fait plusieurs approches pour utiliser Mono-DTG à mes fins réductionistes. La réduction de dose, le cycle court, le cycle ultra-court (avec comme premières balises le 1/7 puis le 1/15). Réduction de dose (1/2 cachet puis 1/4 de cachet , en 7/7 ont très bien fonctionné, de même que le 4/7 à 50 mg. Mes 2 tentatives 1/7 (DTG 100 mg + 3TC 300 mg et DTG 150 mg, seul, en 1/7) ont échoué. L’échec à DTG 150 mg, seul, en 1/7 est sans appel, il est franc, massif.

Il faut peut être s'y prendre un peu autrement, je ne sais pas... Reste que, pour moi, ce n'est pas la 'bombe' pour retourner au delà du 1/7. Rétrospectivement, j'aurais peut-être du rester sur une stratégie éprouvée (la 4-T de Leibo) que j'avais poussé plus avant. Quand même: 1/15 et 1/21!

Les effets dépressifs de DTG sont, pour moi, une réalité. Dilemme. Je tente une ressupression en y mettant le paquet. Si ça marche, on reprend son bâton de pèlerin avec la 4-T, sinon, on noie le tout pendant une bonne année, ce qui, sur le papier devrait être possible.

J'ai de l'empathie pour celles et ceux qui ont essayé de faire et n'auront pas forcément réussi. Ceux qui n'ont rien essayé (ou à contre-sens), ex. Katlama, ne nous furent d'aucune aide...

Dans l'actualité


- BMS, Videx: arrêt de commercialisation de VIDEX et ZERIT fin mars 2018. L'ANSM annonce un générique (Laboratoire Arrows), mais bon... Que les utilisateurs prennent donc les devants!

- Dans 50 % des cas, les mini-remontées de CV sont des erreurs de laboratoire

Le génie français


Le Docteur Alain Lafeuillade a sorti un bouquin: Un médecin ne devrait jamais dire ça.... C'est lui qui a baptisé HypoDolu. Pour ma part MicroDolu (1/4 de cachet 7/7) fonctionne, mais pas Hypodolu... N'empèche, c'est un clinicien de combat, donc ça doit être intéressant à lire. 10 Euros

Pensez au Livre de Leibowitch: Pour-en-finir-avec-SIDA: il y témoigne de la noyade...

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?

2018/02/04

Mono-DTG: VICTOIRE



Mono-DTG: une nouvelle VICTOIRE

Par Charles-Edouard!



Lanzafame: succès total en Mono-DTG de maintenance


Dolutegravir tivicay monotherapy lanzafame cure hiv cabotegravir
Lattuada, Lanzafame et al. publient 25 patients en maintenance sous Mono-DTG: Dolutegravir en monothérapie chez des patients VIH-1-supprimés: Un régime réalisable dans la vraie vie:
ZéRo échecs!
Comme nous, le Dr Lanzafame identifie le Talon d'Achille et la bonne observance comme critère. Son taux d'échecs théorique, sur la base des 125+ patients de BMM+P est de 1-2 %. Il fait comme dans notre guide pratique Mono-DTG et n'a aucun échec:

C'est le premier compte-rendu post-BMM+P et post-DOMONO: ceux qui avaient prédit l’échec total de Mono-DTG en sont pour leur frais! (et personne ne vous en parle...)

Plus de 200 patients en succès sous mono-DTG!


3 ans après l'AMM de Tivicay®, on a déjà plus de 200 patients en succès (100+ dans BMM+P, 50 dans DOMONO, 25 en maintenance et 25 en première ligne chez Lanzafame). Les auteurs DOMONO ont proposé aux 61 patients, en succès sous Mono-DTG, de repasser en Tri. Les ricaneurs ricanèrent! Sauf que ... 59 ont tout simplement refusé! Face à un risque supposé, éventuel et indifférencié, 97% des patients refusent de quitter Mono-DTG: ils n'y croient pas!

Voici un pool intéressant pour la rémission partielle, voire totale, un peu à la façon des Viscontis!

Mono-DTG et cycle court: 4/7


Sous réserve des critères de sélection (génotype sur INI), mono-DTG est un traitement d'attaque absolument recevable, et, donc un bon candidat à la descente ICCARRIENNE. On pourrait refaire le tout premier essai : 7 jours ON suivi de 7 jours OFF.

Dans notre nouveau sondage (en haut à gauche): tous les votants pensent que, sous Mono-DTG efficace, on pourrait de cycler. 3 arguments militent pour une réduction des prises: la pharmacocinétique, Cabotegravir à ...30 mg, la pharmacodynamique.

Pharmacocinétique permissive: autant en profiter


Une étude, par Elliot et al., financée par ViiV (hi, hi, hi...) montre que DTG a un profil plus intéressant, plus permissif qu'EVG: c'est de bonne guéguerre. On y voit surtout que DTG reste au-dessus de son IC90 (64 ng/mL) plus de 72 h. après l'arrêt. Elle explicite que la rémanence pharmacocinétique fait de DTG un bon candidat pour refaire FOTO ou BREATHER.

pharmacokinetics monotherapy Dolutegravir tivicay elvitegravir genvoya skip dose

Cabotegravir 30 mg ou Tivicay ® 25 mg (1/2 cachet) ?


Lanzafame fait avec ce qu'il a de disponible: Tivicay® 50 mg. Bientôt Cabotegravir 30 mg va être disponible. Va-t-il essayer, demain, CTG 30 mg en maintenance? Pourquoi ne le ferait-il pas ?

Seulement, voilà... On sait que CTG et DTG c'est kif-kif. CTG n'est pas encore disponible alors qu'il est déjà techniquement possible de faire DTG 25 mg (le 1/2 cachet).

Eclipse et effet retard


Sous traitement efficace et vraiment efficace, l'Eclipse existe pour tout le monde : c'est une caractéristique Anti-RetroVirale fondamentale et fondatrice, pas une performance anecdotique. L'effet de rémanence pharmacodynamique sous Mono-DTG (et de Mono-Bictégravir, d'ailleurs) est connu depuis l'essai ING111521.


Dolutégravir, Absolutégravir, rémission et faute médicale


Au tournant du siècle, on avait échoué à la rémission, avec des molécules peu efficaces. Dolutegravir change la donne: pour de nombreux patients/virus, c'est un Absolutégravir. En monothérapie (peut-être pas en tri...) il ouvre une opportunité de rémission totale ou partielle.

La patiente qui commence RAL ou EVG en première ligne ou en maintenance (s'il existe d'autres options) prend une décision grave et potentiellement adverse à son espoir légitime de rémission.

De même, la patiente, sous Mono-DTG efficace, qui fermerait les yeux sur la descente ICCARRIenne, se prive d'un potentiel de rémission, au moins partielle.

Bon... on peut dire MERCI! à Lanzafame et l'équipe de Vérone!

Dans l'actualité


- Les marchands de variétés n'ont pas apprécié la perspective d'un médicament hebdomadaire, mais alors là, pas du tout et le font savoir!

- Les cardiologues statineurs n'ont pas apprécié la rediffusion de "Cholestérol: le Grand Bluff". Leur argument (lien): alarmés (voir ici), de nombreux patients ont arrêté et une étude va prouver une surmortalité: c'est vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Le Pr Moore (Bordeaux) a annoncé une telle étude, il y a plus d'un an, et depuis c'est silence total! Il y a un monde entre annoncer une étude et préjuger de son résultat! Un bluff grandeur Nature! Statines: le Grand Pshiiiit ?

- Irène Frachon vous explique les dessous de la corruption. Édifiant!

- Prescrire publie sa liste de médicaments autorisés mais dangereux

- Hépatite B: la vaccination des sujets à risque: à considérer; celle de tous les nourrissons: une ineptie. Marc Girard décortique comment on en est arrivé là. Lire aussi ici. Brigitte Autran apporte un autre éclairage.


N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?

97% des patients en surmédication, 22 millions sans traitements... Arrêtons ce scandale!

2018/01/21

En route vers la rémission



En route vers la rémission

Par Charles-Edouard!

Sapere aude ! Dixit Horace et Emmanuel Kant:

Bien dit!

La rémission: la question ressurgit


Je remets la rémission sur le tapis, au risque de surprendre. Je parle ici de la rémission suite à un traitement ARV: c'est le contrôle post-traitement, considéré comme impossible.

La réflexion a eu lieu dans un contexte qui a beaucoup évolué et les prémisses qui sous-tendent le verdict vacillent les unes après les autres. Aujourd'hui on peut construire un argumentaire d'une rémission totale ou partielle. Lubie de bloggeur? Pas du tout. Pour partie l'argument a été exposé par des auteurs reconnus tel Wainberg, Ananvoranich, et même Siliciano. On reprendra et étoffera. Lecteur, prend patience, lis, et juge par toi-même.

La théorie dominante est de Siliciano. Très tôt, je m'étais fait une note: "Siliciano s'est trompé: il a faux". De plus en plus de faits invalident les prémisses ou les conclusions de Siliciano. S'il a faux, on peut envisager que des patients réussissent la rémission, avec et grâce au traitement.

La rémission impossible: théorie et historique


Très tôt, on a constaté qu'à l'arrêt du traitement, le virus remonte et on n'est pas guéri. C'est notre tout premier billet: ICCARRE : Monsieur, vous êtes guéri ! Quelle prescience!

Robert Siliciano nous livre une approche théorique, en 2003. Il fait quelques hypothèses, simplistes au demeurant, sur la dynamique du 'réservoir', pour réduire le tout à une constante de temps unique, qu'il mesure sur quelques patients. Il en calcule une... moyenne... de 44 mois de demi-vie, ce qui met la rémission à 66 ans de traitement: autant dire, impossible.

Rien n'est venu formellement invalider sa théorie. Rien, vraiment rien... Ou alors si peu... Un "si-peu", qui commence à enfler. Inaudible hier, perceptible aujourd'hui, assourdissant demain.

D’abord, la découverte des "Viscontis": une poignée de patients, tôt-traités, maintiennent le virus sous contrôle malgré l'arrêt du traitement. Plusieurs essais ont tenté de le reproduire (ici et essai SPARTAC), sans succès. Pourquoi n'arrive-t-on pas à reproduire les Viscontis??

Vint ensuite l'idée de réduire le réservoir par un "Shock and Kill", où un traitement pharmaceutique viendrait réveiller le réservoir, que le traitement ARV tuerait ensuite. Pour l'instant, c'est l'échec. Ici aussi, les prémisses sont discutables.

La rémission et quasi-rémission


La rémission c'est de tenir plusieurs années, sans rebond ni traitement.

Exemple fictif d'un cancer malin avec chimio 'lourde' en 10 séances: on y survit et le cancer a régressé. Le médecin laisse entendre environ 5 ans de rémission, à tout casser. Soulagement et déception aussi. Le médecin ajoute: et si vous acceptez une chimio de maintenance annuelle, alors votre espérance de vie est normalisée... Certes ce n'est pas une rémission magique au sens strict, mais quand même... Alors on fait... Plus tard, on peut même ne faire qu'une fois tous les 2 ans.

Qui peut le plus peut le moins: Pouvez-vous envisager une rémission totale alors même que vous n'avez pas réussi le 1/7 ? Non à l'évidence! Et si vous avez réussi le 1/7, pouvez vous envisager le 1/15, comme je l'ai montré ici ? Puis 1/21, 1/30 et enfin la rémission 'vraie'. Moi, j'ai réussi 1/21, mais pas 1/30, donc je ne tente pas l'arrêt définitif. D'ailleurs, dès 1/15, la rémission n'a que peu d'attrait. Franchement! 1/21, on vit très très bien! Pour moi, 1/7 restait un peu lourd. D'autres s'en contentent et on les comprend!

La rémission enfin possible: théorie et preuves


- L'exemple du VHC montre qu'il ne faut pas désespérer...
- Il existe plus de contrôleurs post-traitement qu'on ne veut bien le croire, et qui s'ignorent: un hôpital d'Anvers en a fait la démonstration. On ne vous l'a pas dit...
- On traite plus tôt, ce qui est peut-être favorable
- On n'a pas réussi à refaire du Visconti: c'est donc que les Visconti ont fait quelque chose qu'on n'a pas bien compris, et, que ce quelque chose est important.
- Siliciano soi-même, avec Hill, a remis en cause sa propre théorie. Il envisage que la réduction du réservoir nécessaire à une rémission prolongée est moindre qu'initialement envisagée
- Wainberg à théorisé la rémission par la voie de R263K et fait les essais de laboratoires: concluants! (on y reviendra: c'est ce que je tente en ce moment)
- Le médicament oral à diffusion prolongée donne 7 jours de médication (pour une seule prise) qu'on prolonge par une Eclipse de 2 semaines (voire 3...) et cela vous fait un 1/mois!
- Leibowitch et son 1/7 a 800 années de rémission pharmaceutiques prouvées. Parmi la bonne centaine de patients concernés, il y en aura bien quelques-uns pour explorer au-delà.
- Les biologistes n'arrivent pas à faire le Shock-and-Kill, alors que les ICCARREs, en mode avancé, le font tous les jours toutes les semaines. Bah...Oui... Réfléchissez un peu.
- Dolutegravir devrait permettre de faire des choses en plus (Dommage qu'il soit incompatible avec NVP ou EFV... Dommage...): pour certains patients/virus, c'est un Absolutegravir. Donc...

En route vers la rémission


A moins de rester, transis d’effroi, dans un bien inconfortable traitement trop lourd, trop quotidien et surtout trop inutile, dès lors que vous entreprenez le 6/7, vous avez mis le petit doigt. Ce qui peut vous arrêter:

- vous n'osez pas explorer plus avant
- le 1/7 vous convient, vous arrêtez là
- le virus refait surface

Ce n'est qu'une question de temps qu'un petit groupe de personne tente l'aventure, avec, alors, un seul obstacle: la remonté du virus. Il faut aussi mettre au point la technique qui affaiblira le réservoir et ou le virus. La Quadri de Leibo est un candidat. Ce n'est pas assez, il faudrait disposer d'autres 'bombes'. On s'y emploie. On a toute une vie devant nous!

Dans l'actualité


Vers un combiné DTG+RPV (Juluca®): Efficacité, innocuité et tolérabilité du dolutégravir-rilpivirine pour le maintien de la suppression virologique chez les adultes infectés par le VIH-1: études de phase 3, de randomisation, de non-infériorité SWORD-1 et SWORD-2

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

97% des patients en surmédication, 22 millions sans traitements... Arrêtons ce scandale!



2018/01/13

a suivre en 2018



A suivre en 2018

Par Charles-Edouard!

Notre amie Myriam ne décolère pas:

Tu as raison ma chère! Bonne Année et Bonne Santé!

Quatuor


Le recrutement est clos! Certains y voient le signe d'une forte demande... Voyons... 18 mois qu'il est annoncé et en retard, pensez bien que les recruteurs ont eu largement le temps de pré-recruter. C'est comme les urnes Corses: elles sont pleines avant les élections!

Morlat est une recommandation: pas une autorisation au cas par cas


Nous argumenterons en quoi la recommandation Morlat est bel et bien une recommandation; A noter aussi (c'était prévu!) le rétropédalage de la réclame publicitaire: EACS.

Genvoya®, Juluca ®, Isentress HD ®, Zentiva®, AF2B


La bataille réglementaire est lancée! Le bouzigue ne protégera pas de la surmédication! (lire)

Le Talon d'Achille, DOMONO, Absolutegravir, Lanzafame


Ce sujet reste très actif. DOMONO a démontré la possibilité d'une quasi-rémission (sic): DTG se comporte bien comme un Absolutégravir, à conditions de préserver ses options thérapeutiques

Les bithérapies


Les marchands de variété vont s'en donner à coeur joie. Voir le compte-rendu des essais Sword-1 & 2. Question: ça marche à 100 %: n'a-t-on pas surchargé la mule ?

Autre sujet récent: Mono-DTG serait plus favorable que Bi-DTG (et donc TRIUMEQ®) dans l'optique remissioniste qui est la nôtre... A suivre

Leibowitch et le site d'ICCARRE


C'est nouveau et manque encore un peu de substance... Ça viendra... donc, surveillez un peu... Évidemment, on ne fera pas doublon, donc pour nous même, nous réorientons notre sujet vers le 1/7, Hypodolu, et la rémission fonctionnelle. On discutera des nouveautés (il y en a...) en matière de non transmission...

Transparence, Sécurité Sociale, Libertés


Bon, vous avez vu la morgue gouvernementale lors de l'obligation vaccinale et du changement pour le nouveau Levothyrox: des citoyens réagissent et portent plainte. Quant au grand journal du Soir, complice, il préfère traiter les patients de crétins plutôt que de clouer son bec!

dolutegravir prise hebdomadaire pharmacocinétique estomac

Au delà de 1/7 et Traitement 1/mois


Buzz dans Le Figaro: un médicament oral qui reste 7 jours dans l'estomac et va donc permettre d'aller plus avant: on verra comment ceci va permettre le traitement 'oral' mensuel. La publication officielle est ici.

Réservoirs: ça bouge!


Le sacro-saint dogme anti-rémission se délite: on peut faire évoluer le réservoir...

Stratégies demi-cachet


Gros succès de mon billet : le 1/2. Stratégie usitée et utile: à développer!

Peut-on tout alléger?


On discutera ce sujet qui équivaut à "tout est-il surdosé?". Comme la dynamique VIH inactif (sous contrôle) est différente de la dynamique VIH actif, pour laquelle la dose est définie, évidemment tout devient surdosé, au fur et à mesure de la mise sous contrôle.

Remissions


Oui, c'est promis, on passe aux choses sérieuses, je développe cette année!

Guide Pratique 1/7


En l'absence de Guide Thérapeutique 'officiel', les rumeurs les plus imbéciles circulaient sur ICCARRE: notre Guide Pratique 4/7 a mis fin à toutes ces imbécilités, habilement entretenues. Maintenant c'est au tour des toubibs: circule au Maghreb, une formation 'subventionnée' (par qui ? à vous de chercher) qui reprend les stupidités d’antan.

Le refus de publier un Guide Pratique laisse le champ aux margoulins. Si les gens ont du temps à perdre en logorrhée calembourdesque, ils peuvent bien se consacrer un peu à ce qui sera utile et pratique, non?
Cela prend beaucoup de temps, et, cette année on se lance dans le Guide Pratique du 1/7!

Le livre


Nos hit-parades (ici et ici) ont eu du succès! Alors, Charles-Edouard! prépare LE livre. Eh oui!...

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?

2018/01/06

DTG: Meta-analyses contradictoires



Mono-DTG: Meta-analyses contradictoires

Par Charles-Edouard!

Des nouvelles de TRITOMAN:

Super sympa d'avoir de tes nouvelles! Oui... Je pense vraiment qu'on tient le bon bout. Tu vois que nous sommes maintenant un bon petit groupe combatif. Ah! Ça fait vraiment plaisir!

On avance doucement, et ça avance bien! Meilleurs Voeux!


Meta-analyse ? Meta-quoi ? Meta-qui?


Certaines études se recouvrent... Pour obtenir la puissance du nombre on voudrait bien les agréger. Quand je fais un tableau des Eclipses observées, dans différentes petites études, je fais une métanalyse. (à noter, j'en ai 3 à ajouter...). Quand le Dr Blanco discute les résultats BMM (Barcelone + Munich + Montréal) lors de CROI 2017, il fait une métanalyse. J'y ajoute Paris, cela donne BMM+P... On perd parfois la spécificité d'une étude, mais on gagne en nombre.

Dans l’émission 'la méthode scientifique', Anne Georget et le Dr de Lorgeril, qui a démontré la supercherie dans l’étude Jupiter, expliquent que le résultats dépendent des études retenues dans la méta-analyse, que les méta-analyses financées par les labos, sont, comme par hasard, favorables aux Labos: elles seront reprises ad nauseam, au point de faire oublier les études qui leur sont défavorables.

Le Daelig: Une Pharma-fiction pour comprendre


Ce qui suit est une pharma fiction pédagogique. Le Glioblastome est un cancer abominable du cerveau. Le groupe KSG, en panne de solution, rachète une molécule 'miracle', le Daelig, qui vous guérit un Glioblastome en un rien de temps. Rémission pour tous, au prix d'un petit traitement de maintenance, léger. Les cliniciens les plus entreprenants lancent des études pilotes: les initiatives pullulent. Une grosse étude, GLIOMONO, en aveugle, est lancée. C'est parti. Entre temps, une petite étude parisienne, montre un truc inattendu: les patients droitiers guérissent, mais pas les gauchers. Dans les petites études, on a des échecs mais seulement chez les gauchers: chez les droitiers c'est succès à 100%; chez les gauchers, échecs à tous les coups (c'est une fiction, donc on fait simple...).

Que pensez-vous du Daelig ? C'est génial ou ça ne marche pas ? Vous avez un Glioblastome... Vous tentez Daelig ?

Une méta-analyse universitaire, exclut GLIOMONO (étude aveugle) et sépare bien les gauchers et les droitiers: elle conclue que c'est génial, sous réserve de tri initial. Une meta-analyse, financée par un labo concurrent, mélange allègrement le tout et conclut, à l'inverse, que le Daelig est risqué.

Facile à comprendre non?

Meta-analyses Mono-DTG: Marta Buzzi vs José Moreira


La première meta-analyse est de José Moreira dans Journal of Antimicrobial Chemotherapy:
La Monothérapie au Dolutégravir comme stratégie simplifiée chez les patients infectés par le VIH-1 et virologiquement supprimés

Elle conclut à la possibilité de Mono-DTG, moyennant une sélection initiale (Talon d'Achille et observance). Le Dr Blanco présente des tableaux qui aboutissent nécessairement à la même conclusion, sans l'expliciter lui-même. Pourquoi n'explicite-t-il pas avoir identifié les règles à suivre pour réussir Mono-DTG ? Eh bien imaginez qu'il l'aie fait et proposé une présentation sur les règles à suivre pour réussir Mono-DTG: elle n'aurait pas été acceptée. Rejeté par le comité de sélection de présentations, tout comme la présentation Leibowitch (800 années de rémission...) aura été écartée par le comité de pilotage, lui-même piloté par... En intitulant son exposé: les résistances dans BMM, le Dr Blanco, a réussi à se rendre acceptable aux Gardes Chiourmes stipendiés, soucieux de ne pas froisser les 'sponsors'.

José Moreira Blanco monotherapy dolutegravir meta-analyse CROI-2017 DOMONO
En présentant les 'résistances acquises' il aura ainsi réussi à nous présenter les règles à suivre pour ne pas en avoir... Diabolique et efficace.

A contrario, il était dans l’intérêt des Labos que de faire une meta-analyse qui montrerait l'impossibilité de faire Mono-DTG: la recette en est toute simple: amalgamer le tout, sans distinguo de facteur de risque. Exactement comme dans notre pharma-fiction: si on mélange gauchers et droitiers, ce qui est une molécule géniale, l'apparait beaucoup moins.

D'autant plus facile que les auteurs de DOMONO (DOLUMONO) se refusent à expliciter les patients exposés au risque, préférant mettre à bas leur stratégie, un temps favorite, plutôt que d'admettre leur grossière erreur méthodologique: ne pas tenir compte de facteurs de risque devenus patents après le début de l'essai! Voilà à quoi mène le protocolisme.

L'amalgame: une recette archi-connue


Alexandra Calmy Marta Buzzi monotherapy dolutegravir meta-analyse EACS-2017
La recette étant connue (et je l'avais dénoncé par avance...), il ne restait plus qu'à attendre le premier crétin venu, qui aurait un 'intérêt' à vouloir 'démontrer' l'infériorité, en toute circonstance, de Mono-DTG. Désolé, on avait vu le coup venir!

C'est l'occasion qui fait le larron: Alexandra Calmy et Marta Buzzi lancent un essai: Évaluation d'une stratégie simplifiée pour la prise en charge à long terme de l'infection à VIH (Simpl'HIV) NCT03160105: c'est un essai de Bithérapie DTG/F-3TC

Un essai étant un test d'hypothèse, je vous mets au défi d'identifier l'hypothèse sans être pris d'un grand fou-rire. Ce qui est sûr, c'est que cela va aller droit dans le sens des intérêts de Big-Pharma, sans que les auteurs prennent un risque démesuré: la stratégie DTG+3TC ayant déjà été amplement validée, y compris comme traitement d'attaque! (essais LAMIDOL, PADDLE et ACTG A5353).

Là encore, la médecine suisse nous laisse pantois, et ne brille pas par son esprit d’initiative: une méta-analyse complétement conne, comme prémisse d'un essai clinique qui l'est encore plus!

Évidemment, aucun acteur de la pègre médico-pharmaceutique Française, Allemande, Italienne ou Espagnole, n'aurait osé! Ils se seraient fait ridiculiser par leurs meilleurs cliniciens. Alors, ils ont attendu, tapis, que l'un commette une ineptie digne de renvoyer un étudiant de première année!

Charlatans d'un risque imaginaire, les Diafoirus se complaisent à citer leur nouvelle maitre-à-ne-pas-penser, au grand plaisir des Labos et des ricaneurs, qui ne s'y laissent pas prendre! Pistez dans vos médias favoris: vous verrez la puissance réplicative des lobbies organisés.


N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

Bonne Année, bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?