Rechercher dans ce blog et pages liées

Monothérapie de Tivicay ®

en cours de mise en page

Monothérapie de Tivicay ® (Dolutégravir)



Pourquoi la monothérapie de Tivicay ® ?



Hypo-Dolu, qui est un ICCARRE 1/7, mais à base d'une monothérapie de Dolutégravir, se fait par un passage de 6 mois en monothérapie de Tivicay ® (Dolutégravir). Quelques patients pourront vouloir rester sous cette monothérapie, et ne pas faire la réduction, d'autres ne feront que la réduction 5/7. A chacun de voir...

La Monothérapie de Tivicay n'est pas une nouveauté ... Son succès est déjà évoqué dès Aout 2008 dans l'essai NCT00708110 (Phase IIa Dose-ranging Study of GSK1349572 in HIV-1 Infected Adults)

Cet essai, sponsorisé par ViiV healthcare, n'avait pas pour objectif de mesurer l'efficacité de la monothérapie de Tivicay ®. Mais, de fait, elle a été mesurée et portée à la connaissance du sponsor et de quelques spécialistes. Le compte rendu d'essai, lui, n'aura été publié qu'en Sept. 2011.

Antiviral activity, safety, and pharmacokinetics/pharmacodynamics of dolutegravir as 10-day monotherapy in HIV-1-infected adults.

Incidemment, cet essai montre que la monothérapie de Tivicay peut permettre d'obtenir le résultat virologique escompté (l'indétectabilité) dès la phase d'attaque.

Si on peut y arriver depuis une charge virale initiale de 50.000, alors, à l'évidence, le maintenir avec une CV déjà inférieure à 50, chez des patients qui n'aurait pas de résistance à cette toute nouvelle molécule, ne relève pas d'un exploit Herculéen !

Ce serait même d'une imbécilité sans nom que de ne pas la considérer comme candidat sérieux pour la maintenance.

Sauf que ça n'arrange pas les intérêts financiers du fabricant: une molécule efficace, en maintenance, en monothérapie, pour tous, alors que le brevet tombe en 2026: c'est la fin du jackpot permanent.

Pour maintenir la source à dollars, il faut faire de l'evergreening: repousser, par des propositions brevetées, l’avènement de la fin du SIDA. En effet, Dolutégravir en monothérapie, et qui plus est, en 1/7, c'est la PreP, la PeP, et le traitement de maintenance pour 100 Euros par an et par patient à l'horizon 2026 (le générique...).

C'est aussi la fin du SIDA-business pour les habitués de la mangeoire...

Sauf que, par hasard ou par touches successives, quelques praticiens ont eu le nez creux.

Par hasard, le Dr Lafeuillade est tombé sur un cas de succès en monothérapie: un patient (en primo) avec une CV de 340.000 copies a supprimé le virus à < 50 copies en 1 mois. Il a admis n'avoir pas pris sa trithérapie (Tivicay ® + Truvada ® (=DTG/TDF/FTC)) et n'avoir pris que Tivicay ® en Monothérapie.

Voir l'article en anglais. Une traduction en français est disponible plus bas.

Alain Lafeuillade n'a pas sorti la monothérapie de son chapeau, ni de sa vaste connaissance de la persistance virale: non... Il est tombé dessus par hasard ! (et on peut remercier le patient...)
Par la suite, il a lancé le concept HYPO-DOLU

Dans la même veine, le Dr Bart Rijnders, MD, PhD, Erasmus Medical Center, Rotterdam lance l'essai DOMONO (NCT02401828).

Le Dr Weinberg, quant à lui, publie à tour de bras ses résultats: les mutations éventuelles réduisent la fitness, sans créer de cascade: elles mènent le virus à une impasse reproductive.

Évidemment les plus malins n'ont pas attendus les résultats de l'essai néerlandais ... Sur Paris, à la Salpêtrière, (entre autre...), il y a déjà une vingtaine de patient en monothérapie de Tivicay ® : et ça marche... D'ailleurs comment pourrait-il en être autrement ?

en cours de mise en page

Dolutégravir: un ARV qui change la donne


Voici la vision qu'en donne le Dr Mark Wainberg (Université Mc Gill, Montreal)
Comme l'interview est en Anglais, en voici une traduction:

Il nomme cela le sabotage pathogénique par le Dolutegravir. Tout est dit ... Ou presque...

Dès 2008, on sait que c'est très prometteur



Voici ce qu'on lit dans l'essai ING 111521





Quand on lit le corps de l'article, au détour d'une phrase, on en apprend davantage: 9 patients sur les 10 sont atteints une CV < 400 dans les seuls 10 jours de mono-thérapie d'attaque. C'est l'objectif HAS pour une trithérapie ... à 90 jours (3 mois...). Autrement dit, en mono-thérapie d'attaque, sur seulement 10 j. seul 1 patient sur les 10 n'a pas (encore) atteint le seuil salvateur de 400. Ce chiffre de 9 (soit 90%) apparait dans le tableau 2...

Bien sûr, pour pouvoir satisfaire à tous les cas de figure, en particulier les CV très très élevées( > 1 million), on va mettre sur le marché TRIUMEQ ® (trithérapie : DTG/ABC/3TC), alors que la vaste majorité des patients peut se passer de ce doublon ABC/3TC (ou TDF/FTC dans Truvada ®)

Taille unique pour tout le monde... A vie... La vaste majorité des patients (> 90%) dans un costume taillé trop grand pour eux.

Proposition unique, approuvée sans modifier une virgule, par des comités 'd'experts'.

Personne ne pense à proposer un traitement d'attaque DTG à 100 mg (2 pilules), en monothérapie, suivi de 50 mg dès l'indétectabilité obtenue... Non... C'est le fabricant, sponsor, qui décide de sa proposition.

Comme entre l'essai et la publication il s'est passé 3 ans, il a eu le temps de construire sa stratégie d'optimisation de sa rente... Au dépend des patients... Mais il n'est ni coupable, ni condamnable.
Condamnables sont ces "experts" qui restent en retrait, passifs et béats, devant la nouveauté qu'on leur propose.

Et le Dr Weinberg de s'étonner qu'il n'y a eu aucun échec virologique lors des essais.

On s’étonne même de son étonnement...
Et si la perspicacité de Weinberg s’exerçait dans un autre domaine, ou s'il avait choisi une autre carrière, alors pas de Weinberg et pas d’étonnement: on l'a échappé belle!

Une efficacité qui se prolonge


Voici ce qu'on y lit aussi, dans l'article original:


Après arrêt de la thérapie, durant la phase d'attaque, qui plus est en monothérapie, on s'attend à ce que la CV remonte... Et bien ... Non... Elle ne remonte pas

Pour le 2 ou le 10 mg, en effet, la courbe s'inverse, mais pas pour le 50 mg.
Bien sûr, cette stabilisation ne va pas durer éternellement.
Le Vidal le mentionne:
La réponse antivirale s'est maintenue pendant 3 à 4 jours après la dernière dose dans le groupe recevant 50 mg.

Pourquoi 3 à 4 ? Et pas 5 à 6 ? Parce qu'on n'a pas mesuré... au-delà du 14 ième jour ! (sauf au jour 21..., mais là c'est normal, ça a remonté)

Jetons un oeil aux courbes. Effectivement, à 2 mg et 10 mg, la courbe s'inverse... On note tout de même que la courbe à 10 mg est intéressante, aussi...
A l'oeil on sent, on perçoit une inflexion ... Et on se réjouit de voir ce que l'on attend (la remontée inévitable, à terme (*)) mais retardée par cette inflexion, ce plateau, que nous mentionnent, avec enthousiasme, les auteurs (et le Vidal). [note:(*) la remontée existe bel et bien, mais la courbe du graphe ne comporte aucune valeur entre le jour 14 et le jour 21: cela fausse l'impression visuelle: on ne sait pas quand la courbe s'inverse pour de vrai]

C'est ici que cela devient vraiment intéressant:

On perçoit une inflexion, une moindre vitesse de descente... La vitesse se ralentit ... Ça se voit comme le nez au milieu de la figure... Mais, est-ce vraiment un ralentissement ? voir l'original du graphique

La question surprend, mais rappelons que 7 des 10 patients ont déjà franchi la ligne d'arrivée: ils sont indétectables! Donc leur mesure de CV ne peut plus descendre. Elle peut remonter, certes, mais plus descendre...
Seuls vont descendre les 3 seuls autres patients qui ont encore une CV mesurable. On va enregistrer leur descente, à eux 3, et on va faire la moyenne, c'est à dire diviser par ... 10 !... La descente que l'on observe n'est atténuée QUE parce que seuls 3 patients étaient en mesure de contribuer à la descente, et, que, dans le même temps, les 7 autres, n'ont pas remonté.
Cela s'observe très bien sur la courbe, ou plus précisément sur les minima et maxima:
Les 7 qui sont arrivés à terme ne montent ni ne descendent
Les 3 qui ne sont pas arrivés au bout, continuent de descendre, à la même vitesse!
La moyenne s'en ressent, mais le processus s'est bel et bien poursuivi sur sa lancée ...

Le Vidal dit: La réponse antivirale s'est maintenue, en fait, elle s'est poursuivie!

Ça ne saute pas aux yeux à la première lecture, mais une fois qu'on l'a vu, on ne peut plus le rater.

Une puissance inégalée, supérieure à celle annoncée de 2,5 Log


Rappel technique: La puissance d'une molécule se mesure en LOG. On prend des patients, ayant une CV exprimée en LOG (de base 10) (ex: 10.000 = 4 LOG ; 50.000 = 4,7 LOG ; 100.000 = 5 LOG ; quand on ne se souvient plus, il suffit de savoir que le nombre de LOG (3 ou 4 ou 5, ... c'est le nombre de 0 derrière le 1), on les met sous monothérapie (10 ou 15 j., pas trop longtemps, car on sait jamais...), et on mesure les CV, exprimées en LOG, à l'arrivée. La différence, c'est la molécule, au dosage utilisé, qui l'a faite: c'est la puissance propre à la molécule.

Rappel historique: Leibowitch explique les grandes lignes de l'alchimie des combinaisons ARV:

Parce qu'en combinant astucieusement, on additionne les LOG des composants, alors, 1+ 1,5 +1, ça commence à faire du sérieux.

Le Vidal annonce une efficacité, en monothérapie de 2.5 log. Les auteurs annoncent fièrement Emax = 2,6 Log. C'est beaucoup plus que les autres ARVs (ex: RAL ou EVG, dans Stribild ®, c'est environ 2 Log).
Comme c'est une échelle LOG, 0,5 de plus, ça veut dire 3 fois plus puissant !

On comprend que les auteurs, les employés de ViiV Healthcare et leurs investisseurs soient aux anges.
Pour les inventeurs (Shionogi) c'est Bingo! On va pouvoir commercialiser. La commercialisation se fait, et c'est d'ailleurs un succès réel et mérité. Avec 2,5 Log, c'est CHAMPAGNE!
On lui adjoint n'importe qu'elle combinaison d'INTI (ex: Truvada ® ou Kivexa ®), et ça va le faire ...
D'ailleurs ça l'a fait et c'est approuvé, estampillé, commercialisé, et ça nous donne Tivicay ® et Triumeq ®
Rien à redire : tout le monde il est content ...

Mais, est-ce vraiment 2.6 LOG comme annoncé sur le graphe ici ?
Certes... On a pris des patients, on leur a donné une monothérapie de DTG pendant 10j. et par différence on trouve 2.6. On fait comme on fait avec tous les autres ARVs.

Il y a une différence notable avec les autres ARVs: dans une expérimentation de monothérapie, on obtient une descente, c'est à dire du LOG, mais JAMAIS l'indétectabilité (essayez donc avec AZT ou 3TC, pour voir...). Ici, 70 % des patients sont arrivés à < 50, c'est à dire, au taquet.

Le tableau 1 nous rappelle le défi qu'on a présenté, dans cet essai en double aveugle avec placebo.

Une CV, avant monothérapie, de 4,47 LOG en moyenne, un écart type de 0,42. Le patient le plus 'chargé' avait 5,17 (soit une CV de 150.000), le moins chargé avait 3,85 (soit une CV de 7000). Ça descend, et, on s’arrête à ... 50, seuil d'indétectabilité. 50 c'est 1,7 LOG ... Supposons que le moins chargé, à 3,85 soit devenu indétectable, il a fait une descente de 3,85 - 1,7 = 2,15 LOG ... De même pour les autres...

Il ne peut pas descendre de plus qu'il n'a ... A l'évidence ... De même pour les autres...
De combien pouvaient-ils descendre ? Eh bien... De là où ils étaient moins 1,7

Ils partent de:  ils peuvent descendre de ...
Mini3,852,15
Maxi5,173,47
Moyenne4,472,77

On trouve 2,6, (ce qui est très très bien...) mais pas 3 pas 4 ...
La puissance de DTG est-elle inférieure à 3 ou à 4 ? NON !

On n'a tout simplement pas donné à l'expérimentateur des patients ayant une CV initiale suffisamment élevée pour qu'on puisse lire un 3 ou un 4...

On a pris un super champion, c'est lui qui arrive en bas de la piste, grand vainqueur, bravo...

Mais, on a organisé la course de ski alpin dans ... les Vosges...
On trouve 2,6, mais ce n'est pas la 'puissance ' de DTG, c'est une approche, par le bas, de ce qu'est vraiment la puissance de DTG.

D'ailleurs, si la limite de détection avait été de 20 (comme c'est courant aujourd’hui), la descente aurait pu continuer d'un facteur 50/20 = 2,5 soit 0,4 LOG (pour quelques patients parmi les 7)

L'expérimentateur, et le sponsor, s'en rendent compte, ils ne sont pas plus idiots que d'autres...

Mais leur intérêt est de démontrer que DTG est puissant, pas de montrer sa puissance réelle.

Il lui en reste sous le capot... Ce qui va permettre de développer une TRI, brevetée, puis... une BI, de maintenance, brevetée 10 ans après, puis une autre astuce quelconque. Et voilà le brevet qui dure jusqu'en 2026, 2036, 2046 : le bonheur !

Reste à camoufler un peu, faire oublier qu'on avait atteint la fin de la réplication virale (à 400 copies) sur 90% des patients en seulement 10 jours de monothérapie, et le tour est joué!

Quelques bâtons dans les roues des expérimentateurs qui voudraient se précipiter faire des BI-thérapies au plus tôt...

S'arranger pour que ça traine (voyez l'essai DORISS), s’intéresser aussi à l'essai ANRS LAMIDOL).
Même si cette stratégie ne marche pas à 100 %, il suffira de faire bien peur aux patients pour ne les faire progresser qu'au rythme voulu par le fabricant: une précipitation de sénateur.

HYPO-DOLU: Dr Alain Lafeuillade, un clinicien qui a bien de la chance


Voir l'article en anglais. voici la traduction en français:
par hasard, direz-vous peut-être, mais souvenez-vous que dans les champs de l’observation le hasard ne favorise que les esprits préparés. C'est une citation de Louis PASTEUR.

Remercions le Dr Lafeuillade: il nous a offert 3 trouvailles:
- un intervention, en primo, qui ouvre une voie vers la rémission ('the cure')
- c'est lui qui nomme et protocolise HYPO-DOLU (le 1/7 en monothérapie de Tivicay ®)
- une méthode pour lancer un petit essai, hors contrainte: Truvada ® serait trop gros à avaler: c'est le patient qui fait une bourde (selon le Dr Lafeuillade) Il n'y aura personne pour s'en plaindre...

Emax revisité


Sur le graphe de la monothérapie de Dolutégravir, on a bien cette forme caractéristique en V. Avec toutefois 2 différences:
- courbe remonte : pas à cause de la résistance mais parce qu'on a interrompu le traitement au jour # 10
- on arrive au taquet, le fameux < 50, ce qui n'est pas du tout le cas dans aucune des autres monothérapies, quelque soit la molécule.

Dans une étude équivalente, pour Elvitegravir, l'efficacité Emax , estimée par extrapolation, calculée avec le même modèle, donne 2,32. La chute de charge virale (en LOG) la plus élevée constatée fut de 1,99 ; et le maximum constatable était de 5,0-1,7 = 3,3.

La méthodologie utilisée pour les différentes molécules est similaire. Les expérimentateurs ont fait, pour Dolutégravir, comme on a fait, par le passé, pour les autres.

On peut regretter que la modélisation soit faite sur la chute de CV au jour # 11 (arrêt de monothérapie au jour 10), alors que le modèle utilisé nécessite, comme prédicat, que la réponse soit la réponse maximale constatée, et qu'il y a lieu de penser que la réponse continue si on n'interrompt pas l'expérience au jour # 10.
Dans le cas de Dolutégravir, la réponse maximale constatée (2,5), l'extrapolation (2,6) et la réponse maximale constatable (2,77, imposée par la CV initiale des patients) sont trop proches les unes des autres: c'est la limite imposée par les conditions expérimentale (2,77), qui contraint le Emax à 2,6. Il est même heureux de constater que le Emax , extrapolé (2,6), ne soit pas supérieur au maximum constatable (2,77). Ouf! on a évité le ridicule...

Le Emax, pour Dolutégravir, est probablement sous-évalué.

Pourquoi? Parcequ'il est très élevé. Il est supérieur à 2,6, mais de combien ? S'il est de 3 ou de 4, il faut mesurer sur des chutes constables de 4 ou 5, soit des CV initiales de 5,7 ou 6,7, disons 6 ou 7 (1 ou 10 millions de Copies/mL).

Emax pour les molécules 'puissantes', utilisées aujourd'hui encore, c'est environ 1 LOG. Soit moins de 50 % du constatable (2,5 à 3). Plus on se rapproche de 100%, plus cette habitude de reporter la 'puissance' en LOG (de la chute de CV, en monothérapie 10 j.) devient intenable. Cette méthode, critiquable en soi, ne permet alors plus que donner une sous-estimation.

LamivudineElvitegravirDolutegravir
En LogEn %En LogEn %En LogEn %
CV moyenne4,4 5,00 4,47
chute max. possible2,7100 %3,3100 %2,77 100 %
chute max. observée 1 ?37 %1,99 60 %2,590 %
Emax 1 ?37 %2,3270 %2,694 %

Ce qui limite le Emax à moins de 100% ce sont : les effet secondaires (obligeant à interrompre l'expérience) et/ou l'apparition de résistance (réduisant la susceptibilité donc l'efficacité). Dans tous les essais, comme le rappelle le Dr Mark Wainberg, il n'y a ni l'un ni l'autre.
Et s'il n'y a ni l'un ni l'autre, alors, il n'y a pas d'Emax, pas de limite à l'efficacité. Pas d'horizon indépassable.
Si la modelisation, de type sigmoïde, courbe en S, ne fait plus sens, alors quel sens donner au EC50 (concentration mini. souhaitable) annoncé?
 

La réponse souhaitée c'est l'indetectabilité


S'il y a apparition de résistance, au sens clinique, visible, mesurable, alors, il y course contre la montre ... La réponse souhaitée c'est de descendre et vite. Les auteurs de l'article disent: Significant negative correlations between DTG exposure and change in plasma HIV-1 RNA from baseline to day 11 (i.e., greater antiviral activity with higher DTG plasma exposure) were observed.
Soit :

On observe que la vitesse de descente est à proportion de la dose.
Le modèle pharmacodynamique classique, présuppose une relation patente, claire, entre l'effet et la concentration.
La dose à 50 mg établit sa suprématie entre le jour 4 et 7...

Le diagramme (refait à partir des valeurs lues sur la graphe original), en % de LOG, montre où et quand le 50 mg prend de l'avance.
Le diagramme en valeurs linéaires (où 1 LOG = 90% et 2 LOG =99%) met en évidence qu'on a besoin de détails sur la fin de l'expérience. En effet, ce qui nous intéresse c'est la réponse, pas la vitesse de la réponse, c'est à dire de qui se passe en dessous de 1000 copies/mL.
Les supporteurs du club '50 mg' narguent les '10 mg', et leur disent: vous avez manqué de 'puissance', lesquels rétorquent: "Non, nous avons manqué de temps..."

La réponse qui nous intéresse, en vérité, c'est l'indétectabilité, et, en l’absence de résistance, que nous importe qu'elle prenne 3 à 4 jours de plus?...

La construction de l'expérience n'est en rien différente des expérimentations antérieures. On y retrouve les mêmes cliniciens (Dr De Jesus). Ce qui est nouveau, c'est la 'puissance' observée.
L'essai est interrompu au jour #10, comme il était prévu, dans le protocole; c'est normal. C'est l'occasion de rappeler que les essais interrompus doivent éveiller la curiosité du lecteur: cela peut fausser l'observation de l'effet. Depuis la falsification de l'essai Jupiter, interrompu hors protocole, démontrée par de Lorgeril, on se méfie des essais interrompus. Comme dans une course de chevaux, un outsider, un effet inattendu, peut reprendre du terrain et gagner, si on lui en laisse le temps. L'interruption à mi-course nous prive d'une stratégie potentiellement intéressante: ici, le 10 mg.

On peut ergoter sur la validité du modèle en S (complétement ridicule en l’occurrence). Passons à autre chose, le sujet sera repris dans l'étude de la sur-médication.

En résumé: DTG est différent et très puissant


Résumons:
C'est difficile à comprendre ? Oui ... Une petite expérience simple pour ne pas se sentir idiot. Revisionner la vidéo où le Dr Mark Wainberg explique les particularités de Dolutégravir, mais, cette fois-ci en coupant le son et en occultant Mark Wainberg, qui crève l'écran, de sorte à n'observer que le Dr Dellamonica. Observez son visage, sa gestuelle: il est complétement perdu ! Si lui est perdu, et à ce point, il ne faut pas être surpris de l'être soi-même!

Cela nous ouvre 3 opportunités:

La pharmacodynamique justifie la monothérapie; elle justifie aussi le cycle-court

En clinique, la monothérapie de maintenance, arrive à la Salpétrière, à l'hôpital de Barcelone: les autres suivront...
La monothérapie d'attaque viendra, dans la foulée; la bithérapie (DTG/3TC), en phase d'attaque, montre déjà des résultats fort intéressant (essai PADDLE)
Les caractéristiques pharmacodynamiques qui aident à comprendre ce succès, rendent le 1/7 (Hypo-dolu) possible.
Un bémol , cependant, les patients qui ont été exposés à Isentress ® Stribild ® ou Genvoya ® (RAL ou EVG) pourraient voir leurs options réduites: les mutations qu'ils peuvent induire sur l'intégrase pourraient ouvrir la porte à une résistance à DTG: Prudence, donc, pour ces patients, assez peu nombreux, au demeurant.

Shionogi ®, ViiV Healthcare ® : le JackPot et autres cachoteries

Sovaldi ® s'est rendu célèbre par son prix exorbitant. Gilead Science a rentabilisé en 1 année le rachat de Pharmasset, société de petite envergure, possédant le Sofosbuvir, pour 11 Milliards de Dollars. Les assurés sociaux du monde solvable l'ont senti passer. Stribild ®, du même fabricant, c'est 1/2 million de dollar de revenu par nouveau patient recruté: 2500 USD/mois/patient: 30.000 US$ par an, pendant la durée des brevets... Que l'on va faire durer au moins 20 ans... ça fait au moins 600.000 $/ patient.

Shionogi, avec son Dolutégravir ne va pas être en reste. Inconnu du grand public, Shionogi, Osaka, Japon, s'est déjà rendu célèbre pour avoir inventé le meilleur inhibiteur de la '3-hydroxymethylglutaryl coenzyme A reductase', la rosuvastatine. Rosuvastatine? Oui, le fameux Crestor & reg;, aussi inutile que dangereux, mais ayant un excellent potentiel d'inhibition. La commercialisation via l'Anglais Astra Zeneca (ex-Imperial Chemical) en fait un blockbuster, l'un des plus gros profits de l'industrie pharmaceutique.

Donc pour inhiber, Shionogi sait inhiber... Et ça rapporte. Reste à trouver un partenaire commercial: cette fois ce sera ViiV Healthcare. Dolutégravir va générer d’énormes profits, aux dépends de Stribild ® et des assurés, mais ça, c'était déjà acté. La guéguerre ViiV vs Gilead, c'est à mourir de rire, sauf que les victimes sont les patients et les comptes sociaux (donc l'emploi...). Fort de son excellent résultat, Shionogi va vendre assez cher sa molécule à ViiV, dans un deal qui est du même ordre de grandeur que le rachat de Pharmasset. Techniquement moins flagrant, mais du même ordre de grandeur. Vente en 3 volets:

HYPO-DOLU monotherapie Tivicay Dolutegravir Shionogi ViiV healthcare
- Shionogi se fait attribuer, à titre gratuit, 10 % de ViiV Healthcare,
- Shionogi récupérera donc 10 % de tous les bénéfices de ViiV, sans date limite,
- Shionogi touche en outre une redevance sur sa molécule, à vie.

ViiV Healthcare est estimée à 23 milliards d'Euros, donc 2,3 milliard direct dans la poche de Shionogi. L'accord est scellé en 2012. Cadeau de bienvenue. Le cours est multiplié par 5! C'est le Jackpot! (mérité ou pas selon les convictions de chacun).

Chez GSK, principal actionnaire de ViiV Healthcare, on est content, on a la molécule qui tue, mais on a laissé au passage 2 milliards, plus des redevances. Alors, on a un plan (auquel, Shionogi, larron en foire, ne trouvera rien à redire, son silence est acquis, à grand frais...).

Tout comme Astra Zeneca, (la perfide Albion...), ViiV (GSK), connait parfaitement les rouages.
D'abord, à partir de là, les chercheurs japonais sont invités à retourner à leur chères études et à ne plus claironner l'extraordinaire puissance de DTG. Les éléments de langages sont: DTG c'est bien.
Et, surtout, on ne va pas plus loin...

Cachoteries:


N'était l'article cité ci-dessus, publié 3 ans après l'essai (3 ans !...), et son formalisme imposé (le tableau des caractéristiques des patients, avant traitement), nous ne serions au courant de rien... Seul ce tableau nous permet d'affirmer que Emax est supérieur au 2,6 annoncé (et probablement bien supérieur...). Si vous n'avez pas le tableau, vous ne pouvez pas vous rendre compte qu’Emax est sous-estimé. Alors, ne vous inquiétez pas... Ce tableau va disparaitre.

HYPO-DOLU monotherapie Tivicay Dolutegravir Emax NCT00708110  ING111521 indétectable
Vont disparaitre aussi les 7 patients (70%) indétectables après juste 10 j. de monothérapie.

Shionogi, tout à son autosatisfaction, fait apparaitre les 7 Samouraïs dans le corps de l'article et dans le tableau. Ils y sont... Mais une fois l'accord signé, ils sont réduits au silence: l'article est complété par un graphe de pharmacocinétique, où le graphiste a fait 2 erreurs; un erratum sera d'ailleurs publié pour corriger une erreur (mais pas l'autre...). En un mot, les auteurs et vérificateurs (reviewers), ont laissé passer, sans voir les erreurs. La plus flagrante, c'est que les 7 Samouraïs sont devenus les 3 Mousquetaires, qui, comme chacun sait, étaient 4...

Dans toute la communication qui va suivre, en particulier les monographies remises à la FDA, le tableau initial est retiré au profit d'un tableau différentiel, et 3 des 7 indétectables, passent à la trappe. On enterre... La FDA n'en fait même pas mention, et, dans la documentation remise à la HAS (voir en p. 11), l'essai ING111521, n'est même pas soumis: comme ça, c'est encore plus simple!

Le plan de ViiV va permettre de récupérer les 2 Milliard (et plus): on ajoute une camelote à 2 francs 6 sous (Kivexa = ABC+3TC), généricable et fabriquée à très bas coût, et on augmente de le prix du médicament de 50 %. En coformulant le diamant et la verroterie, on augmente le bénéfice de 50 %. Combinés à DTG, les voilà valorisés à 350 Euros par mois...
Quant aux patients et aux éventuels effets secondaires, tant pis pour eux...

Et voilà ...La vie est belle...




Les presentations à EACS-2015
Dolutegravir Monotherapy in HIV-infected Patients with Sustained Viral Suppression: A 24-week Pilot Study (Jhon Rojas)
Dolutegravir monotherapy in patients with suppressed HIV viremia (Katlama)
Pilot Study Finds Good 24-Week Response to First-Line Dolutegravir/3TC (Mark Mascolini)
Dolutegravir-Lamivudine as Initial Therapy in HIV-infected, ARV Naïve Patients: First Results of the PADDLE Study (Pedro Cahn)



What if HIV were unable to develop resistance against a new therapeutic agent?, ou son résumé.

Implications for the future of the HIV epidemic if drug resistance against dolutegravir cannot occur in first-line therapy

The Need for Development of New HIV-1 Reverse Transcriptase and Integrase Inhibitors in the Aftermath of Antiviral Drug Resistance

Mark A. Wainberg

More than 90% of patients who received DTG, irrespective of dose, had a decline in viral load to <400 copies/mL while 70% of patients in the 50 mg arm achieved undetectable viremia.



double decay

Les commentaires


Jacques Leibowitch 5 octobre 2015 à 00:37


Charles-Edouard 5 octobre 2015 à 00:40


Jacques Leibowitch 30 octobre 2015 à 10:16


Charles-Edouard 12 mai 2016 à 05:39


Anonyme 24 février 2017 à 05:47


Anonyme 24 février 2017 à 05:56


Charles-Edouard 24 février 2017 à 06:25


Anonyme 12 Juillet 2017


Charles-Edouard 13 Juillet 2017


Anonyme 15 Juillet 2017


Charles-Edouard 13 Juillet 2017


Trito 15 Juillet 2017


Anonyme 15 Juillet 2017


Charles-Edouard! 15 Juillet 2017


Charles-Edouard! 15 Juillet 2017


Trito 15 Juillet 2017


Anonyme 15 Juillet 2017


en cours de mise en page


26 commentaires:

  1. Anonyme5/10/15

    temps de se parler sans doute ? Jacques Leibowitch
    (adresse perso supprimé pour eviter les spams)

    RépondreSupprimer
  2. Serait de retour ce week-end. Merci pour ce commentaire et surtout, plus que tout GRAND MERCI pour ICCARRE et votre sollicitude envers les patients. (Ai supprimé votre adresse mail de sorte à vous éviter les spams)

    RépondreSupprimer
  3. *Et bien le 29 octobre échu pas de nouvelles ...mais de bonnes sur votre blog où l'on suit votre affaire à la trace !

    RépondreSupprimer
  4. Je vous ai envoyé mes coordonnées par courrier (à Garches) ainsi que par mail le 07/10/15. Ensuite, j'ai profité d'EACS-2015 (Barcelone) pour approfondir quelques points, un peu techniques... J'en retire un optimisme renouvelé et même gonflé à bloc. Hypo-Dolu, le 1/7 en monothérapie de Dolutégravir capte mon attention, car, là, j'explore un territoire nouveau. En ce qui concerne ICCARRE 1/7, mon expérience personnelle corrobore à 100% ce que vous avez publié; c'était nouveau pour moi, mais pas nouveau en soi: que c'était confortable! ICCARRE 1/7 est cartographié: il suffit de programmer le GPS... Tranquille... Je connaissais mes chances de réussites. Hypo-Dolu et autres projets: à ce jour aucun écueil - Work in progress!
    Je vais vous envoyer à nouveau mes coordonnées par courrier (à Garches) ainsi que par mail - Bien à Vous

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme24/2/17

    Je suis passé à une mono 25 mg soit 1/2 cachet de Dolutegravir, ce depuis un mois, ça marche pour le moment, CV indétectable. Objectif minidolu soit 12,5 mg avec une pause le mercredi et le dimanche. Je passe pour l'instant au miniDolu 7/7 avec une CV mensuelle de contrôle.
    Merci beaucoup, je retrouve la forme d'avant 2012, avant le début de la tri et les changements successif et les effets secondaires toujours présents, même en mono d'IP à éviter surtout les IP, c'était vraiment pas terrible...

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme24/2/17

    Merci merci merci pour ce blog qui m'a donné les infos, le courage et la force de tenter la mono de dolutegravir. Grace à cela je revis après toutes ces années de tri surdosées qui plus est ! J'ai validé un mois de mono en passant directement sans le dire à mon médecin à 25mg au lieu de 50, cela fait un mois et ça fonctionne. Je passe à 1/4 de cachet en 7/7j à présent. Obtenir le juste dosage est un vrai combat, on est obligé d'avancer seul pour ensuite mettre le corps médical devant le fait accompli avec une CV indétectable. J'ai essayer la mono d'IP, c'est de la merde effectivement, il faut se battre, vraiment, pour obtenir la mono de Dolutegravir. De plus, à l'hôpital, ils attendent 6 mois à un an avant de diminuer les doses, avant d'avancer, le rythme est trop lent, j'ai préféré aller voir l'un des généralistes allégeurs conseillés sur ce blog. Merci encore pour ce blog qui me sauve la vie, je commence à me remettre de ces années de surdosage dus à la peur et à l'ignorance.... Merci de transmettre votre expérience et vos connaissances !

    RépondreSupprimer
  7. Bon... la stratégie mono de Tivicay (tm) 50 mg / jour (7/7), suivie de Tivicay 25 mg (7/7) est une variante à la proposition du Dr Lafeuillade.

    Moi, j'ai fait... 12.5 mg (7/7) pendant 6 mois. A noter que la prise est avec un repas (ce qui augmente la biodisponibilité) et que la pilulle est coupée (donc augmente aussi le biodisponibilité, comme il a été expliqué à CROI 2017)

    Entre temps, ANRS-4D a été publié et J. Leibowitch a pris bien soin de rappeler partout que la fenetre, l'Eclipse est une réalité.

    Ma démarche personelle est conduite par plusieurs éléments:
    - je sais faire le 1/7 de Leibowitch
    - Entre temps Tivicay est apparu, avec à la clef, une promesse de meilleure efficacité
    - La fenêtre existe: c'est une fait incontestable (cf ANRS-4)

    AVANT de finir mon cycle de 6 mois en minidolu (1/4 de cachet 7/7), j'avais décidé de revenir en cycle ultra court (2/7 voire 1/7); en effet, je sais pour sûr que c'est faisable, je l'ai fait près de 2 ans, en allant bien au delà de 1/7, d'ailleurs.

    C'est donc trop con de passer à coté...

    Au moment de passer la dernière bouée de mes 6 mois sous MiniDolu, voilà -t-il pas que la virémie pointe son nez: elle qui est toujours < 20 est devenue... quoi donc? =20 !
    Ce qui au regard de publication récente est à plus de 90% une erreur de labo... Mais bon... Donc aucun échec sous MiniDolu (toujours <50).

    N'empèche que j'avais prévu de changer, donc, je change: je n'ai même pas chercher à vérifier ce ... 20...

    J'ai fait deux semaines sous DTG/3TC/ABC (beurk!!!) et j'ai embrayé sur DTG/3TC 2/7, avec repas (et pillule DTG cassée, vu qu'il me reste du stock de 1/4 de pilulle) , tout cela direct.

    Ceci pour dire que je pense qu'il faut quand même un peu de DTG, et peut être aussi cette petite Lamivudine pour assurer le coup.

    Le 1/7 est faisable (pour moi): j'en suis sûr de cher sûr; maintenant la vrai question est : avec quelle combo?

    Leibowitch dit: avec quelque chose de très fort (c'est lui l'inventeur, donc je ne dévoile pas), peut-être plus fort que sa formule Quadri (1 NNRTI+3 NRTI)
    Moi je dis: avec 100 mg DTG + 600 Mg 3TC (j'en suis déjà à 4 mois, indétectable)

    Voilà... j'en suis là de ma partie 'exploration'; Une fois validé mon DTG/3TC 2/7, je passe à DTG/3TC (double dose, en 1/7)

    Après, on verra... je vais un peu me reposer, aussi...

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme12/7/17

    Bonjour,
    Grâce à ce blog, après un parcours tumultueux en traitements et en allègements, je suis sous monothérapie de tivicay que j'allège, je prends un demi cachet quatre fois par semaine, lundi mardi jeudi vendredi, je fais donc mes pauses le mercredi et le we, cela fait six mois et ma charge virale est toujours indétectable!
    Merci infiniment pour ce blog sans lequel je n'y serais pas parvenu !

    RépondreSupprimer
  9. Formidable témoignage! Que je partage car il est consistant avec ma propre expérience. Ce blog n'est pas un conseil médical; la pratique des explorations, sous contrôle médical, est de faire des CV rapprochées.

    Ce qui serait formidable serait que tu veuilles bien témoigner de ton parcours: en effet DTG va poser une problématique nouvelle: des patients ne réussiront pas la Mono-DTGet il faut augmenter le taux de succès avec des critère d'entrée. D'autres vont non seulement réussir mais pouvoir aller au delà.

    Mon expérience avec Mini-DOLU (80 mg/ semaine) est bien mais c'est peut être un peu court; 100 ou 200 mg /semaine est peut-être mieux approprié. De toute façon il y aura bien un minimum.

    Ton schéma de prise est original. Je vais publier des résultats qui vont dans ton sens. Couper la pilule peut aider à une meilleure bio disponibilité.Moi, quand je prend 50 mg ou 2x 50 mg, je casse le comprimé d'un coup sec entre les dents. prendre avec un repas augmente la biodisponibilité.

    Il serait bien de commencer à travailler avec des médecins cliniciens: Leibowitch ne montre pas d’intérêt pour la MONO-DTG, et Lanzafame;lui, commence à construire de l'expertise en Mono-DTG.

    Bon, il y a quelque chose qui fait que Tivicay (tm) (Dolutegravir) sort de l'ordinaire! Bonne continuation et donne de tes nouvelles...

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme15/7/17

    Bonjours charles edouard. Voila un peu plus de 2 mois que j'ai commencé ma bi therapies DTG+3TC d'attaque (tu en avais parler dans le blog, je suis a l`étrangé et ne pouvant pas faire d'hypersensibilité a l'abacavir j ai décidé avec accord de mon médecin de tenter le coup). Je n'ai pas encore eu les résultats de ma premieres charge viral (je suis partit de 48.000 copie et selon moi j ai commencé le traitement a 8 semaines de l'infection) mais je suis sur et je croise les doigts etre assé confiant vu les résultats Lamidol. Si je t'écrit c'est que comme tu peux t'en douté je sent les effets secondaires du DTG. J'ai les articulations qui craquent un peu, un sentiment d'être un peu moins réactif, des douleurs dans le corp par ci par la, un peu mal au dos cou...

    J'aimerais donc commencer a parler de l'allégement. Je sais que beaucoup de monde sautera parce que cela fait que 2 mois mais en étant quasi sur a 98% de la contamination a 8 semaines, et d'une surement indetectabilitée grace au DTG et voyant tout les bon résultat de celui ci je pense que je vais commencer un 6/7 des que mon résultat sortira (lundi).

    Maintenant je voudrais avoir ton opinion pour la suite. Quel démarche suivrais tu?
    un 4/7 DTG+3TC et après meme essayé le 3/7 et 2/7 ou plutôt un mono DTG et après allégé en 4/7 en mono.

    Dans l'hpoteses que je prenne 2 ou 3/7 DTG+3TC n' y a il pas de risque de resistance du 3TC uniquement ? cela ne va pas faussé son efficacité?

    Pense tu que tout ces effets secondaire disparaîtront avec l'allègement ou au final c'est juste une façon de prévenir l'organisme mais les effets persiste.

    J'attend sagement tes conseils et n'hesite pas a me dire si je suis trop entreprenant sur mon traitement. J'ai 27 ans pour info.

    Merci

    RépondreSupprimer
  11. On trouve DTG dans de nombreux pays, y compris ceux qui n'ont pas ou peu de structure de recherche et de support au médecin. En France, tu ne pourrais pas faire DTG+3TC sans ordonnance d'un médecin.
    Donc quand tu dis que tu fait cela avec ton médecin, c'est bien! En effet, ici, je ne donne jamais de conseil médical! D'autant que je ne connais pas les moyens à ta disposition, je ne sais même pas dans quel pays tu vis...

    En ce qui concerne DTG+3TC, en attaque, il existe l'essai PADDLE (20 patients), qui a donné de bon résultats: 100 % de suppression à S48. Un essai américain, plus grand est en cours, par Gulick et Taiwo:
    https://clinicaltrials.gov/show/NCT02582684

    C'est en cours. Il ne faut pas préjuger du résultat, sinon, à quoi servent les essais?
    Selon le Pr Jacques Reynes, DTG+3TC fonctionne aussi chez les patients portant la mutation 184 (résistance à la Lamivudine)

    Je ne suis pas à ta place et je sais ce que j'ai fait quand j'y étais: j'ai traité plutôt assez tôt, avec un médecin à qui j'ai accordé ma confiance, plus sur le bon relatonnel que sur son expertise.
    DTG n'était pas disponible et les effets secondaires initiaux étaient autrement sévères! Mais le corps s'habitue, il se mithridatise, et, pendant des années cela se passait plutôt pas trop mal...
    En 2017, et sachant maintenant ce que je sais, je ferais autrement. Facile à dire... Aujourd'hui avec le test-and-treat on a à peine le temps de se retourner.
    Aujourd'hui, je serai plus circonspect, avant de me précipiter dans le traitement... J'intégrerai l'allègement dans ma stratégie, et, je choisirai le Dr Lanzafame, à Verone (ou peut-être Lafeuillade à Toulon), car il fait l'attaque avec DTG seul, sur patients selectionnés (virus totalement sauvage, etc.)
    Et, cette fois, je ne ferai pas sans mon médecin mais avec un médecin compétent. A l'époque, je ne savais pas vers qui me tourner.
    Avec DTG, le paysage a changé et il est trop tôt pour intégrer ce que cela implique en terme de gestion de l'allègement.

    Maintenant, l'arithmétique offre 3 solutions, après avoir bien pris le temps de valider la stratégie initiale (6-12 mois):
    - passer progressivement à 6/7,5/7, 4/7 avec DTG+3TC (toujours avec des CV rapprochées et suivi médical)
    - retirer progressivement le 3TC (toujours avec des CV rapprochées et suivi médical)
    - puis passer progressivement à 6/7,5/7, 4/7 avec DTG, seul

    Les 3 piliers sont: Efficacité (que l'on vérifie sur au moins 6 mois, sans déroger), Progressivité, CV rapprochées.

    Si on ne dispose pas de CV rapprochées, que l'on est pas prêt pour la progressivité (et sa patience), et que l'on presume (sans la vérifier) l'efficacité, alors, désolé, mais, ce n'est pas mon truc, et, je ne veux même pas en entendre parler: c'est hors cadre, un cadre ainsi défini pour, justement, éviter les déconvenues.
    Donc, sans moi... Mieux vaut prendre son temps et réussir son coup, que de se précipiter et le rater.
    Par dessus tout, je trouve détestables les gens qui lisent en diagonale, suivent les protocoles des essais que partiellement, en négligeant des pans entiers, se plantent et viennent protester en disant que c'est à cause de ce qu'ils ont lu sur Internet. Ca non!

    Pense tout de même à partager ton expérience, ton vécu, et, s'il te plait, aies la gentillesse de bien décrire le soutien médical et technique dont tu disposes: ce qui est possible à Paris peut ne pas l'être ailleurs.

    Ceci n'est pas un conseil médical

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme15/7/17

      oui je comprend bien cela. Je suis en amerique du Sud. Ici les seul moyen que nous avons a disposition c'est charge Viral moins de 20, CD4,CD8. C'est tout. Il font teste de resistance seulement en cas d'echec. Selon mon medecin, le virus d'ici n'a pas beaucoup d'echec ni de resistance.
      Mon medecin n'est pas du tout habitué à l'allegement et quand je lui ai parlé il n'était pas trop d'accord. J'ai deja du poussé pour ma bitherapie d'attaque. Mais il est assé conciliant et m'accompanera dans ma démarche.

      Le seul probleme que je vois c'est que je ne peut pas faire de CV rapproché. Le systeme de santé permet seulement quelques CV par année. Je pense donc en faire une du coté privé au 1M de commencé ma strategie et au moment ou je serait en 5/7.

      Supprimer
    2. Quelle chance tu as! Tu as accès à Tivicay(tm), tu as accès a ce blog, assez unique dans son contenu, ton médecin te suis dans ta démarche, tu n'es pas seul: regarde le message un peu plus bas de Trito qui te donnes son expérience.

      Du coup tu fais partie de ce petit groupe de précurseurs qui explorent ces stratégies nouvelles. Quelle chance! et quelle responsabilité aussi. Si tu échoues, tu vas t'en plaindre partout, alors que si tu y réussit, tu vas pouvoir aider d'autres gens.

      Tu peux nous aider dans ce effort de libération du patients; je t'assures: ta petite faiblesse passagère et les articulations qui coincent un peu, ce n'est rien par rapport à ce qu'endurent ceux qui, sur ton continent ou ailleurs, sont soignés à l'AZT ou à l'Efavirenz!
      Penses à boire beaucoup d'eau, ca aide.

      Efficacité: tu peux contacter le Dr Pedro Cahn, argentin. Dans Paddle (DTG+3TC en attaque, comme toi), un patient a eu une remontée de virémie, peut être s'était-il laisser aller quelque peu. Grace aux CV rapprochées, ils s'en sont rendu compte. Qu'ont ils décidé ? De continuer, mais je penses volontiers que le patient a bien compris la leçon: pas de variante au protocole tant qu'on n'a pas passé la barrière des 12 premiers mois.
      Après tout est plus simple... A l'inverse, si ça ne marche pas, ton médecin devra trouver des alternatives, qui seront plus lourdes et surtout, il ne te donnera plus les coudées franches.

      Prend patience, fait ta vérification d'efficacité: c'est le prix a payer du fait que tu n'as pas de génotype; projette toi dans le long terme. a la clé, il y a comme te le décrit Trito ci dessous, la possibilité de conjuguer allègement par moins de molécules et par moins de prises hebdomadaire.

      Si tu le peux, penses à nous aider un peux: nous avons déjà une traduction en Brésilien/portugais. Nous travaillons à une version espagnole. Si tu peux nous aider, cela nous sera d'une grande aide.

      Porte-toi bien, aides nous aussi avec tes témoignages de terrain!

      Supprimer
  12. Anonyme15/7/17

    bonjour
    je suis sous tivicay seul depuis 21 mois j'ai commencé à alléger après un an de 7/7.
    Seropo depuis 1999 j'avais d'autres tri auparavant.
    Au commencement du tivicay j'avais pas mal d'effets secondaires mais qui ce sont atténués avec le temps.
    J'étais vite tenté de réduire mes prises pour pallier aux effets secondaires mais à chaque fois et grâce à ce blog 3 mots me viennent en tête : efficacité, progressivité et cv rapprochées!
    aujourd’hui j'ai un bon bilan et une cv indétectable.
    je fais tout cela accompagné de mon médecin et je continue à y aller doucement et j'espère surement.
    tritoman

    RépondreSupprimer
  13. Merci Trito de ce témoignage à point nommé! Merci! On penses à toi souvent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi! c"est grâce à tes infos que je respire la vie un peu mieux aujourd'hui! je vous tiendrai au courant de mon évolution.

      Supprimer
  14. Anonyme16/7/17

    Merci du conseil de l'eau... et merci pour tout ces conseils. oui je pense aussi que grace a toi beaucoup de monde peu vivre sa séropositivité en forme et beaucoup mieux chaque année qui passent.

    Oui si tu as besoin d'aide en espagnol fait moi signe. Je travaille pas mal et j'ai pas mal d'activité a coté mais je peux aider pour certaines choses importantes.

    Je pense aussi que Tivicay a changé la donne et que tout le monde devrait avoir accées a ce traitement. Mon gouvernement donnent les médocs gratuits mais dans le cas du Tivicay il faut le demandé. Si je n'avais pas eu accès a ce blog je pense pas que j'aurais eu ce traitement qui permet de vivre en allégement avec grace a 100 mg par semaine. C'est moins qu'un dafalgan 1 fois par semaine.
    Le probleme ici c'est que les médocs sont autorisé et distribué bien après (example 2016 par Tivicay). Le jours ou le traitement est mieux en europe, je rentre au pays immédiatement. J'ai de grand espoire en Abivax espérons le que future me fasse pas mentir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme19/7/17

      Voila j'ai donc reçu mes analyses après la DTG + 3TC d'attaque. Après 2 mois de traitement CD4 333 et <20. Je pense avoir été traité en primo infection a 8 semaines de l'infection. Ça marche donc bien... Affaire a suivre

      Supprimer
  15. Bravo! Voilà une bonne nouvelle. Il y a des choses qui vont bientôt sortir et qui vont d’intéresser. Soit patient! tout vient à point à qui sait attendre! ton toubib devait être content... Maintenant reste à confirmer: 12 mois est le standard des essais... Tiens nous au courant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme19/7/17

      Oui surtout que c'est nouveau pour lui tout ça... Je pense que je risque de l'interesser plus a ces allegements. Je vous tiens au courant des allegements que je fait apres avoir confirmé une deuxième charge viral,je sais que je devrais attendre mais j'ai un presentiment que cette molecule (DTG) est plus efficace de ce qu on a toujours voulu nous faire croire.

      A bon des nouvelles choses dit nous en plus :)...

      Supprimer
    2. Anonyme24/7/17

      Bonjour Charle edouard je reviens vers toi car j ai un peu un doute concernant mon traitement. Selon moi j'ai été contaminé le 11 mars (sur a 98%) le 24 avril je fait mon teste de charge viral cd8 1218. Je commence mon traitement le 11 mai et je fait ma premiere charge viral sous traitement le 6 juillet CD8 1321... Je ne comprend pas comment mes CD8 ait aumgmenté. Est ce du au faite que étant en primo (selon moi) et que les CD8 du 24 avril au augmenté encore jusqu au 11 mai ou que mon traitement n'est pas assé fort ?
      Merci j 'aimerais avoir ton avis la dessus

      Supprimer
  16. L'objectif premier du traitement est la mise au tapis de la charge virale. Ton toubib regardera cela en premier et t'expliquera volontiers ce qu'il juge important. Sous traitement, les toubibs ne regardent guère les CD8, mais plutôt les pourcentages, qui fluctuent moins au gré des petits aléas du quotidien.
    Pour ta gouverne voici de que dit la littérature scientifique: les cd4 activés (cible favorite du virus) vont disparaitre au bout de 3-6 mois (c'est pour cela qu'on attend avant d'alléger); le CD4 lambda a une demi vie de 6 mois, alors que le CD8 a une demi vie de ...9-12 mois.
    Donc les incongruités de populations, dans ce système, restent importantes au début, et cela met 1-2-3 -ou plus années pour se stabiliser.
    Personne n'en meurt, donc on s'en fout un peu. Autant se compter les poils du ... On garde l'oeil rivé sur la CV. Le reste c'est de la littérature.
    ce blog n'est pas un conseil médical

    RépondreSupprimer
  17. Anonyme25/7/17

    Je regarderais donc l'évolution à ma prochaine prise de sang...Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  18. Anonyme9/8/17

    Bonjour Charles Edouard,
    Hier toute la journée j'ai eu des douleurs au foie et aux reins. Du coup j’étais pas dans mon assiette, et, j'ai envie de sauter mon traitement...
    3 mois de traitement en 6/7 bithérapie DTG+3TC je passerais en 5/7 avec pause le mercredi et dimanche. Je suis contre l’allégement sauvage, mais, je sens que j'ai besoin de ça autant dans la tête que pour mon corps...

    RépondreSupprimer
  19. ce blog n'est pas un conseil médical
    Discutes-en avec ton toubib. Cela n'a peut-être rien à voir... L'initiation des ARVs peut être une source de stress et de problèmes divers.
    On surveille effectivement le foie et les reins, avec des analyses ad'hoc. C'est classique: le médecin surveille.
    Après, il faut bien penser son coup... Par exemple s'il te change de combo un peu trop rapidement, tu passes de la peste au choléra. Et s'il te change, il te change, c'est lui qui écrit l'ordonnance...
    Tu verras bien ce qu'il te dis, mais penses bien que l'opportunité de faire DTG+3TC est, à ce jour, réservé à quelques volontaires. B. Taiwo a levé le voile sur les résultats de DTG+3TC en attaque, qui sont bon, sauf pour quelques patients en mauvaise observance...
    Comment savoir si, à quelques semaines de l'initiation, à faire déjà le 6/7, tu n'es pas dans l'inobservance ? Il y a un réel intérêt à réussir son initiation, d'en être certain (plusieurs CV à <50 ou <20) pour réussir un éventuel allègement.
    La promesse de l'allègement devrait suffire à supporter un peu les mauvais moments du début... Devrait, en théorie... Car on voit les plus jeunes, les milléniums, croire qu'on peut passer à l'allègement aussi vite qu'on télécharge une appli...
    Ah Bon?? Peut-être bien que oui, peut être bien que non. Comment savoir? Comment mesurer le risque, et, surtout, avec ces nouvelles possibilités thérapeutiques, cela vaut-il la peine de prendre le moindre risque. En effet, sur le papier, les alternatives à DTG+3TC, ce n'est pas toujours drôle!
    Moi je fais l'allègement sous DTG-3TC, donc, je ne suis pas un anti. Par contre, je l'ai fait après des années d'indétectabilité, de fin de l’inflammation (ressentie).
    J'ai supporté... Cela a été vraiment dur au début, puis cela a été bien mieux.
    Donc je ne peux t’éclairer de mon expérience perso... Et ce n'est pas l'objet de ce blog. Pour moi même, je m'en suis toujours tenu à: efficacité, progressivité, CV rapprochées.
    Or, pour l'instant, il te faut plusieurs mois à CV supprimée pour valider l'efficacité. Tu n'en n'es même pas là...
    Je ne sors jamais de mon mantra: efficacité, progressivité, CV rapprochées. Jamais... Et ne souhaite pas entrer dans des discussions qui sont hors de ce cadre.
    ce blog n'est pas un conseil médical

    RépondreSupprimer
  20. Un commentaire récent à été déplacé ici:
    https://charles-edouard-ma-liberte.blogspot.fr/2017/07/dolutegravir-r263k-et-dolumono.html

    car il ne concerne pas le mono-DTG

    RépondreSupprimer